Story // Les chats qui ont sauvé des vies humaines, TOP 3 des histoires

Nos amis les bêtes regorgent de ressources et de qualité, parfois même, ils ont sauvé leur maître… Découvrez ces 3 histoires extraordinaires de chat qui ont sauvé des vies humaines! 

1. Masha a empêché un bébé abandonné de mourir de froid

Masha, une chatte Red-Cat aux poils longs était un résident comme un autre au complexe d’appartements à Obninsk, en Russie. Elle était un animal de compagnie de la communauté, nourrie et soignée par de nombreux voisins, elle y logeait dans une boîte dans le couloir de la résidence.

Par une froide journée de janvier 2015, l’une des voisines a pris part à un spectacle inattendu. Attirée par les miaulements persistants de Masha et par la réticence inhabituelle du chat à se lever pour la saluer, Irina Lavrova s’est approchée de la boîte pour vérifier le chat et a été choquée de découvrir que Masha était blottie autour d’un petit bébé! Le bébé, qui semblait avoir environ 3 mois, a été transporté à l’hôpital, où il a été constaté par les médecins qu’il était en bon santé.
Les résidents du complexe disent qu’avec les basses températures de cette journée, le bébé n’aurait aucune chance de survivre sans la grosse fourrure du chat le protégeant de l’hypothermie. L’intérêt de Masha pour le petit bébé ne s’était pas arrêté au simple sauvetage : lors de l’arrivée des ambulanciers paramédicaux, elle aurait tenté de monter dans l’ambulance avec le garçon. Des habitants reconnaissants ont offert à Masha de la nourriture supplémentaire et des câlins pour son dévouement.

2. Tommy a appelé la Police !

Gary Rosheisen a adopté Tommy, un chat à rayures marron et beige, dans l’espoir que le félin l’aiderait à se soigner en réduisant sa tension artérielle. En effet, des études prouvent que les chats réduisent le stress, la tension artérielle et les crises cardiaques potentiellement fatales chez leurs compagnons humains.

Cependant, la contribution de Tommy à la santé de Rosheisen a pris une forme plus inattendue.

En décembre 2005, Rosheisen, qui souffrait d’ostéoporose et de mini-accidents vasculaires cérébraux, est tombé de son fauteuil roulant et ne pouvait plus se lever. Malheureusement, il ne portait pas son collier d’alerte médicale, ni le cordon qu’il pouvait tirer pour faire un appel d’urgence. Dans cette situation critique, ce qui lui a permis de se sauver, c’est son chat Tommy. Le chat a appuyé sur le bouton de numérotation abrégée du téléphone de son maître, programmé pour contacter le 911. Les urgences ont bien reçu l’appel, mais personne n’était en ligne. La police a tenté de reprendre l’appel et, lorsque personne n’a pris l’appel, une patrouille a été envoyée pour enquêter (les américains prennent tous les appels au sérieux).
Lorsque la police est arrivée, ils ont trouvé Tommy assis à côté du téléphone, ainsi que son propriétaire en détresse.
Monsieur Rosheisen, qui appelle maintenant Tommy “mon héros”, a déclaré qu’il avait déjà essayé d’apprendre au chat comment appuyer sur le bouton en cas d’urgence, mais que, comme beaucoup d’autres qui ont essayé de dresser leurs chats, il était incertain jusqu’à ce jour.

Tommy avait donc bien retenu la leçon.

 

3. Fidge a détecté le cancer de son maître

Nos petites bêtes ont un sens de l’odorat bien supérieur à celui des membres de leur famille, en moyenne 15 fois plus fort pour les chats. Cette qualité a conduit certains chercheurs à étudier le potentiel des animaux pour «détecter» les cancers humains, avec des premiers résultats prometteurs.
Quoi qu’il en soit, Wendy Humphreys, une Britannique âgée de 52 ans, est convaincue que son chaton Fidge lui a sauvé la vie en détectant son cancer du sein. Quelques semaines seulement après que Fidge, un chat noir et blanc, ait été adoptée par Wendy et David Humphreys à l’âge de 8 semaines, Fidge a commencé à agir étrangement. Le chaton a commencé à sauter à plusieurs reprises sur le sein droit de Wendy chaque fois que celle-ci s’asseyait. Après quelques semaines, Wendy, qui se sentait blessée après les incursions répétées de Fidge, a rendu visite à son médecin, qui a détecté une masse dans sa poitrine. La bosse s’est avérée maligne. Wendy  a déclaré lors d’une interview avec le Daily Mail : “Elle m’a sauvé la vie, définitivement… On m’a dit que si je n’avais pas été diagnostiqué à ce moment-là, j’aurais pu mourir.”